Je viens de feuilleter mes textes écrits lors de ma participation à l'Atelier Ecriture.

Celui-ci est tout simple et pas trop long à lire, j'ai pensé à vous et désire vous le faire partager.

Les directives :" Décrire une EPOQUE ou un LIEU  que vous avez le sentiment d'avoir connu."

Entière liberté sur la façon de présenter son texte.

                                                      =====================

Je suis partie sur l'idée de l'écriture d'une lettre à une amie ...... mais tout est réel il n'y a que mon interprétation des faits qui m'est strictement personnelle!!

"Ma chère Paulette, je crois que lors de nos correspondances assidues , je ne t'ai jamais dit ce qui m'était arrivé lors de vacances avec mon mari et mes enfants dans un gîte rural en Haute Loire ? Tu vas me dire que je me fais des idées mais laisse-moi te raconter...

Arrivés au hameau, en pleine campagne, le responsable du gîte nous conduit clés en mains vers un bâtiment seul,  attenant à une étable et qui fût selon ses dires, une ancienne école communale. Le premier étage servait d'appartement de fonction à la maîtresse. C'est celui-ci qui, remis à neuf et avec tout le confort nécessaire  devait nous loger.

Laissant mon mari monter les bagages à l'étage, accompagné des enfants donc, je me suis engagée dans la petite cour, attirée par la vieille porte dégondée à la peinture verte écaillée, qui donnait accès à la classe et, tu me connais Paulette , je ne pus m'empêcher d'y pénétrer.

Voilà j'y suis ! une odeur âcre m'enveloppe, odeur de vieux papiers, de pièce fermée depuis longtemps, malgré quelques vieux carreaux brisés laissant passer un peu d'air par les fenêtres. Je suis seule au milieu de cette salle et alors ma curiosité laisse place à des frissons me parcourant le corps. J'ai  l'étrange sensation de me trouver en terrain connu. Comprends-tu ce que je veux dire ?

Sur ma droite une vieille armoire dégingandée laisse voir au travers d'un reste de vitrine des tas de livres jaunis côtoyant quelques cahiers d'écoliers à l'en-tête de la République Française, et je me sens très émue à la lecture de ces noms d'enfants sur la couverture des vieux cahiers.

Je m'approche un peu et découvre sur une étagère vermoulue, au milieu de toiles d'araignées, dans une boîte en fer... des vieux buvards rongés et des  images d'Epinal qui je suppose devaient faire office de bons-points ! Te souviens-tu de ceux que nous avions à  l'école ?

Attends ! sur le mur lézardé, près d'un vieux poêle à charbon une carte de France est encore accrochée, datée de 1901 ! tu te rends-compte Paulette ?Tu ne peux pas t'imaginer comme l'impression bizarre d'avoir été dans cette classe s'amplifie au fur et à mesure de mes découvertes !! Je me vois là, debout devant le tableau noir, faisant grincer le bâton de craie blanche, d'une écriture appliquée.

Comme si j'y étais... je te dis !!

C'est alors que me retournant, je me sens comme épiée, des dizaines d'yeux me dévisagent, les yeux des enfants assis là, les bras croisés, sur ces vieux bancs de bois aux encriers de porcelaine. Je crois les voir, je les vois ces gosses en sarraus noirs, chaussés de vieilles galoches éculées, et je suis là, moi aussi, assise près d'eux, ma cape accrochée au porte-manteau.

Les frissons me reprennent, j'en ai la chair de poule et la curieuse sensation de devenir une intruse, de déranger.... Alors, un dernier regard, un soupir et je referme doucement la vieille porte, évitant de la faire grincer je ne sais pas pourquoi ? qui ais-je peur de déranger ?? et je rejoins le premier étage où ma petite famille devait se demander ce que je pouvais bien faire dans ce vieux bâtiment.

Tu vois, lorsqu'il m'arrive d'y penser, comme maintenant, je me demande si mon subconscient n'aurait pas fait siennes ces histoires narrées par les anciens sur cette époque ou alors - et je t'avoue que c'est ma version préférée - (ce qui ne va pas t'étonner me connaissant si bien) j'aurais vécu dans une autre existence... un monde intemporel... avec ces petits écoliers.... en 1901!!!

Ecris-moi ce que tu penses, celà m'intéresse d'avoir ton opinion.

A bientôt je t'embrasse bien fort.

Ton amie  Antoinette."

Voilà ... fin de mon récit où tout est vrai y compris mon ressenti dans cette classe !! Mon fils devait avoir une douzaine d'années donc c'était en 1990 ou 1991. Et je me dois d'ajouter que lorsque ma fille qui devait avoir  15 ans  m'avait dit avoir l'impression de "sentir quelqu'un" dans le chambre où elle dormait, mais elle s'y sentait très bien.